01 Oct, 2016

L'AFFICHE DU FILM

  • affiche_une_jeunesse_amoureuse

LA PRESSE EN PARLE...

Journal "LE MONDE"...

journal-le-monde-une-jeunesse-amoureuse"Une jeunesse amoureuse" : cartographie du temps qui passe François Caillat a eu vingt ans en 1970. De ce constat, d'une certaine banalité, il a pourtant décidé de faire un film. Un film à la fois intime et universel, qui tourne autour de ses amours disparues et de sa jeunesse, partant d'une époque qui semble elle-même à jamais révolue. Sans doute est-ce le fait de toute époque, et c'est d'ailleurs pourquoi ce film touchera tout spectateur...

TÉLÉRAMA (03/04/2013)

journal-le-monde-une-jeunesse-amoureuse-2C'est le récit d'une éducation sentimentale dans le Paris des années 1970. Le documentariste François Caillat part sur les traces de sa jeunesse avec l'envie de faire parler les lieux. Des traces, il en reste peu dans la ville d'aujourd'hui. Quelques façades d'immeuble sans mystère, une allée bordant la Seine... Alors d'où viennent l'émotion qui grandit à mesure que l'auteur refait sa carte du Tendre et cette impression qu'un monde englouti reprend...

LE FIGARO (03/04/2013)

le-figaro-une-jeunesse-amoureuseLa Maison de la radio de Nicolas Philibert, et Une jeunesse amoureuse de François Caillat, deux documentaires qui instaurent un contrepoint entre la parole et l'image. Si l'on attend un documentaire informatif, une visite exhaustive ou une enquête, on sera déçu par La Maison de la radio. Déçu en bien, comme on dit en Suisse. Car la signature de Nicolas Philibert nous garantit un regard singulier et une promenade originale à l'intérieur de la célèbre...

Calendrier des projections

 ◄◄  ◄  ►►  ► 
OCTOBRE 2016
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
Mariana Otero (réalisatrice)

"Le film est très émouvant et il dégage une grande tristesse. Une tristesse lumineuse et précise."

Guy Baudon (MEDIAPART)

"D'un sujet éminemment personnel et intime, François Caillat en fait une œuvre qui nous touche, nous émeut et nous invite à visiter notre propre histoire."

Mathilde Blottière (TÉLÉRAMA)

"François Caillat signe un beau film élégiaque, traversé des fragments d'un passé placé sous le signe de la passion. Une autobiographie poétique où vibre l'universalité des sentiments."